Red Rising - Pierce Brown

Hello ! Aujourd'hui, je vous présente une nouvelle chronique pour vous parler de Red Rising, le premier tome de la saga à succès de Pierce Brown publié aux éditions Hachette.





Titre : Red Rising, tome 1.
Auteur : Pierce Brown.
Editeur : Hachette.
Prix : 7,95 
Parution : 2015.
Nombre de pages : 476.
Genre : Science-fiction, Jeunesse.
Ma note : ❤  ❤ - -








« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »


Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.


Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.





Je me suis plongée dans ce livre fin Janvier, remplie d'espoir car j'avais entendu beaucoup (BEAUCOUP) de bien à propos de cette trilogie. Malheureusement, il semblerait que le charme n'ait pas opéré sur moi et je suis ressortie plutôt déçue de ma lecture.

Pourtant, les premières pages ne laissaient pas présager une future déception. J'ai trouvé toute la première partie de l'histoire passionnante alors qu'on découvre Darrow au plus mal : il mène une vie de rouge où font rage l’oppression et la douleur et où l'injustice triomphe. Pourtant, on découvre un personnage assez naïf mais très impliqué dans son travail et surtout, un battant qui souhaite offrir le meilleur à ses proches. Les premières pages nous plongent dans les profondeurs de cette société martienne en nous offrant un aperçu de la dure vie de rouge. J'ai complètement adhéré à l'univers proposé par l'auteur : une société postérieure à notre siècle, un système de castes, une population oppressée qui souhaite se révolter, un anti-héros, tous les ingrédients semblaient réunis pour une bonne dystopie.

Ensuite, j'ai été obligée de réaliser une pause de deux semaines dans ma lecture (études obligent) et je pense que c'est en partie à cause de cette rupture que j'ai eu du mal à adhérer à cette histoire. Quand j'ai rejoint Darrow au début de la seconde partie, j'avais toujours en tête son histoire mais il m'apparaissait plus fade, moins battant, moins vivant - simplement paumé en fait. Par la suite, j'ai trouvé tout le passage où Darrow devient Or et passe les examens pour entrer à l'Institut particulièrement long (vraiment très long) avec peu d'action et finalement peu d'intérêt. Enfin, arrive le cœur de l'intrigue : l'évolution de Darrow à l'Institut, dans un terrain d'entraînement grandeur nature comme nous le dit si bien le résumé. Première remarque : la comparaison avec les arènes d'Hunger Games est inévitable : on s’entre-tue, on reçoit de l'aide, l'évolution de la partie est plus ou moins manipulée.. J'ai trouvé que ça manquait d'originalité ou en tout cas, j'ai eu une impression de déjà vu. Pour la suite, il ne se passe rien d'exceptionnel, à mon goût dans l'Institut : on retrouve des hommes qui mènent une guerre, un Darrow qui a déjà oublié d'où il venait et un système de "je t'attaque, soyons alliés, en fait non, aya". Alors oui, il y a quelques retournements de situation et quelques surprises je dois l'avouer mais malheureusement, le passage dans l'arène ne m'a intéressée que dans les dernières pages où il y avait une réelle tension.

J'ai pu remarquer que cette saga a reçu de très nombreux avis positifs. J'ai donc essayé comprendre ce qui a bloqué chez la lectrice que je suis pour que je n'adhère pas vraiment à cette histoire. D'abord, je pense que l'absence d'un héros féminin ou d'une figure féminine forte m'a manqué. En effet, on entre dans un monde d'hommes et de bruts où l'essentiel est de gagner. J'ai eu beaucoup de mal à me remettre dans l'histoire après ma pause et ça a sans doute contribué au fait que je me suis ennuyée une bonne partie du livre : j'avais décroché. Ensuite, je pense que ce n'étais peut-être pas le bon moment pour lire de la SF/dystopie car je suis dans une période où j'ai envie de romance mais comme j'avais commencé ce livre, je ne voulais pas le laisser de côté.

Mon avis sur cette lecture est donc très mitigée mais probablement à cause de facteurs externes à l'oeuvre en elle-même. En outre, j'ai trouvé que l'univers de Pierce Brown a beaucoup de potentiel : il a su créer une société entière et un imaginaire captivant. Finalement, j'ai surtout été dérangée par le passage dans l'Institut et j'aurais aimé voir dans cette histoire plus d'enjeux quant au devenir de cette société gérée par les Ors et c'est d'ailleurs ce que la fin du tome 1 semble annoncer. Ainsi, même si j'ai été déçue par ce premier tome, je pense me lancer un jour dans la suite pour voir comment évolue Darrow en dehors de l'Institut et pour vraiment prendre connaissance des enjeux politiques et de la croissance de la révolte. Je pense que c'est une lecture qui peut plaire aux amateurs de science-fiction/dystopie qui aime les récits d'aventures et de guerres.

Voilà pour cet avis, j'espère que ma chronique ne va pas vous faire peur car je pense sincèrement que ce livre a des qualités même si celles-ci ne m'ont pas séduite. Je vous souhaite une très bonne journée, des belles lectures et on se retrouve bientôt pour un prochain article !





"Les mots sont des armes plus puissantes qu'il ne l'imagine. Et les chansons encore plus. Les mots manipulent l'esprit. Les mélodies s'emparent du cœur. Je viens d'un peuple de chansons et de danses. Je n'ai pas besoin qu'il me parle du pouvoir des mots."





UN ROMAN AVEC DU POTENTIEL

mais qui ne m'a pas convaincue.




Libellés : , , , , , ,